:: L'escrime

1

Le combat médiévale étonne surtout par la richesse de son répertoire,
la force pure en escrime n'est pas sa première qualité.
Mieux vaut réfléchir (vite) avant d'agir,
l'à propos (savoir réagir de manière adaptée et au bon moment) étant la qualité principale d'un escrimeur.
Comme tous les autres sports, l'escrime demande de la concentration, de l'agilité, de l'endurance,
mais aussi de la technique, contrairement aux idées reçues qui ne laissent place dans l'imaginaire contemporain qu'à des épées énormes
et des boucliers lourds et encombrants en acier.
On y pratique quasiment toutes les armes blanches et contondantes possibles :
l'épée, la masse, le marteau de guerre, la lance, la hache, la dague et le poignard et enfin la canne et le bâton entre autres.
La maîtrise de toutes ces armes découlent directement d'une pratique de l'escrime quasi-exclusivement sur les champs de bataille.
Toujours à l'opposé des idées reçues, le guerrier médiéval est assez rapide
(cette qualité a toujours été à la base de l'escrime) et beaucoup plus libre de ses mouvements qu'on ne le pense.
Définition de l'armé à la Canne Bâton
"L'armé" est un mouvement préparatoire à l'exécution d'un coup,
qui consiste à faire passer la main munie de l'arme derrière l'axe vertébral
pour ensuite la ramener vers la cible"
L'armé, n'est pas une contrainte technique mais une vertu tactique.
L'armé des coups en Canne de Combat  passe derrière l'axe vertébral
à l'inverse de la Savate .

Cet armé profond des coups en Canne de Combat
est donc une particularité qui va déterminer la technique
et l'esprit de ces disciplines.
Armes rudimentaires avant d'intégrer les écoles militaires au 19e siècle,
ces armes de substitution rendaient plus accessible l'apprentissage de l'escrime.
Tous les coups doivent être portés avec armé du bras;
Les coups doivent être donnés nettement, ils sont bloqués par contraction des aides (trois dernier doigts) sur la poignée.
En épées Médiévale
  Une flexion préalable de l'avant-bras pour les coups de taille et
un retrait du coude pour les coups d'estoc.
Mais en toutes circonstance l'attaquant doit toujours
se plier à la vitesse de la main,au temps de réaction et au rythme du défenseur.
Il est indispensable de se donner un rythme d'échange
lorsque l'on cherche à se régler avec un partenaire.
Il faut toujours respecter la distance d'attaque qui correspond à la distance de fente
pour toucher au corps par coup de pointe ou à la tête avec le tranchant.
                                      A bon entendeur

Page suivntes (2)